Acheter une voiture à l’étranger, notamment en Europe, est devenu une pratique habituelle pour nous français. La politique commune européenne a d’ailleurs fait beaucoup d’efforts et mis tout en œuvre afin d’en faciliter le libre-échange.

L’Italie tient la 3ème place dans le top 5 des importations automobiles d’occasion par les français.

Est-ce vraiment intéressant d’acheter son véhicule en Italie ?

Incontestablement oui.

Des tarifs en général bien inférieurs au marché français et une large palette en véhicules d’occasion y sont présents.

Même si l’on constate un écart tarifaire majeur et plus significatif sur des véhicules haut de gamme, l’Italie présente également des attraits non négligeables sur bons nombres de marques.

Importer une voiture d'Italie

Pourquoi l’Italie est moins chère que la France ?

Différentes explications à cela :

1) L’économie du pays

Le cout du neuf n’est pas le même qu’en France.
Le pays n’est pas considéré comme un pays « riche », le pouvoir d’achat est inférieur en Italie. Il peut même descendre de façon considérable selon certaines régions du sud.
Le constructeur automobile le sait et ajuste ses tarifs en fonction de l’économie du pays. La décote est donc d’autant plus conséquente et creuse encore l’écart avec le marché français. Des écarts peuvent même atteindre des milliers d’euros sur certains véhicules.

2) L’amour de l’automobile en Italie

C’est dans la culture italienne que d’avoir une belle voiture, l’italien voue un véritable culte à l’automobile, c’est même considéré comme un symbole de réussite chez nos amis à l’accent chantant, une histoire de famille.
De plus, les italiens aiment à changer de véhicules régulièrement et y sont contraints à travers des assurances assez chères en fonction de l’âge et la puissance du véhicule.
Il règne donc d’une dynamique incontestable sur le marché de l’occasion et ce, avec des tarifs bien plus bas qu’en France.

3) Les taxes et assurances très onéreuses

Cet écart tarifaire est d’autant plus flagrant sur des véhicules de grosses cylindrées en raison des assurances et taxes excessives du pays. Les vendeurs d’occasion n’ont guère d’autres choix que de baisser leurs tarifs afin de se distinguer sur la toile.

Quelle voiture importer d’Italie ?

Évidement selon les marques et modèles, les intérêts peuvent varier.

De notre expérience ressortent 3 types de demandes régulières concernant l’import auto en Italie :

  • Le véhicule sportif d’une dizaine d’années tient la pôle position, des écarts non négligeables de tarifs sont fortement constatés.
    Nous avons de la demande sur des marques comme BMW, AUDI, MERCEDES ou encore Land Rover.
  • Le véhicule de collection (véhicule d’époque italien)

Le véhicule de collection en Italie tient la seconde place dans nos demandes, une Fiat Abarth de 1958, une Giulia Spider de 1962 ou encore une Porsche 356 Speedster de 1954.
L’Italie regorge de pépites complétement restaurées dans un état proche du neuf ou à restaurer, selon vos envies.

  • Les super car italiennes

Comment pourrait on passer à côté de l’essentiel italien ?
Comment parler d’importation italienne sans envisager de parler de marques prestigieuses comme Ferrari, Lamborghini ou bien même Maserati. Ce serait un véritable pêché au vu de l’histoire de ce pays en rapport à l’automobile et aux exploits réalisés tant en performance et créativité.

Sur quels sites italiens effectuer vos recherches ?

L’équivalent du bon coin en Italie est Subito.it
Vous pouvez également y trouver des sites comme Secondamano.it ou encore automobile.it l’équivalent de automobile.de pour l’Allemagne.
A travers ces différents sites, vous pourrez parcourir l’ensemble des annonces automobiles italiennes.

Nota bene : Le Parking.fr est également un excellent support français répertoriant tous les pays qui vous intéressent.

Nos conseils pour trouver un véhicule en Italie

Prenez le temps de comparer les tarifs italiens aux tarifs français et analyser bien les annonces.
Si vous avez un doute ou des questions, contactez-nous, nous pourrons vous apporter toute notre expérience.

  • Privilégiez un professionnel avec véhicules sur parc.
  • Privilégiez si possible le nord de l’Italie.

Vous trouverez en Italie les mêmes marques et modèles que sur le marché français.
Audi, BMW, Mercedes, Land Rover ou bien même Porsche sont autant de marques que vous trouverez en Italie et que vous pourrez comparer au marché français.

Nous contacter

Pour toute demande d'information, n'hésitez pas à nous contacter.

Acheter sa voiture en Italie, oui mais je vais y rencontrer le problème de la langue ?

La langue peut effectivement poser un problème majeur lors de vos échanges avec un italien, celui-ci ne parle que très rarement anglais ou français.

De plus, ce n’est pas vraiment dans la nature d’un italien de trop vouloir se compliquer la vie et tenter de vendre à l’étranger, vous vous entendrez malheureusement souvent dire…Venduta ; alors que l’annonce sera encore en ligne pendant des semaines.

En échangeant par mail avec un italien approximatif, vous risquez d’apeurer le vendeur plus qu’autre chose.

C’est la raison pour laquelle, nos acheteurs parlent parfaitement la langue et sont formés à aiguiller le vendeur italien dans sa vente au client français et l’accompagne jusqu’à l’administration italienne où celui-ci devra fournir des éléments dont il n’a pas forcément connaissance.

Les formalités administratives à l’italienne.

Attention à ce point essentiel car l’Italie présente des différences notables par rapport à la France.

L’organisme officiel italien correspondant à nos préfectures se nomme l’ACI (automobile club d’Italie).
Servizi ACI : http://www.aci.it/i-servizi/servizi-online/certificato-di-proprieta-digitale.html

Cet organisme gère entre autres la radiation des plaques italiennes.

Les documents à récupérer et à présenter à l’ACI sont :

  • Il libretto (carte grise) : Toutes les informations du véhicule y figurent, MEC, marque, modèle, le nom des propriétaires précédents (très pratique en Italie pour connaitre le nombre de mains).
  • Il certificato di proprieta (certificat de propriété dit CDP) : Attention, celui-ci est passé au numérique.
    Vous pourrez d’ailleurs vérifier la cohérence du nom du propriétaire avec le libretto.
  • La fattura (facture de vente)
    Celle-ci doit faire apparaitre le nom et adresse du vendeur, la désignation précise du véhicule, châssis, kilométrage lors de la vente.
  • Attention, le vendeur vous fera sûrement payer les frais de destruction de plaques à l’ACI, obligatoire pour un export en France, le coût est d’environ 100€.
  • Vous devrez peut-être faire face à l’achat d’un COC (certificat de conformité européen), le coût varie selon le constructeur. Si la case K de la CG est correctement renseignée, ce ne sera pas le cas.
    Idem si le véhicule est considéré d’époque.
  • La CMR ou la lettre de voiture, document officiel d’un transporteur agréé à présenter à l’ACI, sans quoi vous n’aurez pas le cachet final de l’Italie vous permettant la CG française.
    Seul un professionnel du transport peut vous délivrer ce document.

Le vendeur italien devra radier les plaques italiennes.

Nos services proposent la gestion des ces différents documents, vous orientent avec le vendeur à établir au mieux la vente du véhicule, récupérer le cachet italien et vous assistent pour le rapatriement de votre véhicule jusqu’à votre carte grise française.

Que faire en arrivant en France ?

  • Le contrôle technique

Lors de votre arrivée en France, vous devrez présenter votre véhicule à un centre de contrôle technique, hormis si votre vendeur vous a fourni un CT italien de moins de 6 mois ou si votre véhicule a moins de 4 ans.

  • Le quitus fiscal

Vous devrez vous rendre au centre des impôts dont vous dépendez afin de récupérer votre quitus fiscal, document obligatoire pour l’édition de la CG française.
Le quitus fiscal est gratuit, vous devrez vous rendre au service TVA du centre de vos impôts.
Attention, le véhicule doit avoir plus de 6 mois et 6000kms au compteur, sans quoi, l’état français considèrera le véhicule comme neuf, vous devrez alors la TVA française de 20%.
Mieux vaut donc être prudent sur ce point.

A l’obtention de ces deux documents, vous pourrez prétendre à réaliser votre CG française.

Immatriculer un véhicule italien en France

Les documents à fournir pour l’immatriculation française sont les suivants :

  • Copie Il libretto avec cachet bon pour exportation française
  • Copie Il CDP numérique
  • Copie pièce d’identité ou passeport
  • Copie permis recto/verso
  • Copie justif dom de moins de 6 mois
  • Copie attestation d’assurance
  • Copie Cerfa 13750*05 en vigueur pour demande de CG

Nous pouvons réaliser pour vous la demande de votre future CG et ainsi alléger votre démarche.

Nous contacter